Les aidants pris (un peu) en compte

Chiffres et études

En matière d’aide aux aidants, les besoins sont énormes. Aussi faut-il se réjouir de toutes les avancées, petites ou grandes.

Mercredi 22 mai 2019, le Président de la République a promulgué la loi n° 2019-485 visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants.

Trois avancées sont à noter :

  • L’intégration, dans la négociation collective des branches, de mesures destinées à faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle des salariés proches aidants.
    Les organisations liées par une convention de branche ou, à défaut, par des accords professionnels devraient donc aborder ce sujet une fois tous les quatre ans.

  • L’inscription des aidants au sein du dossier médical partagé (DMP) du malade
    Cette inscription se fait avec toutes les garanties de protection et de confidentialité pour la personne aidante et la personne aidée.

  • L’extension du relayage aux agents publics.
    Le relayage est le remplacement du proche aidant par des agents d'établissements et services sociaux ou médico-sociaux. Les modalités d’application sont à venir.

La proposition de loi prévoyait d’indemniser le congé proche aidant comme le congé de présence parentale. Le parent s’occupant de son enfant gravement malade, accidenté ou handicapé peut bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Celle-ci varie de 43,70 € à 51,92 € et est versée 22 jours par mois, pour une période de 3 ans maximum.

Cette proposition n’a pas fait pas consensus. Les parlementaires l’ont donc retirée des discussions.

Retour aux actualités